révélations credit mutuel 2010

Le crédit mutel donne le LA aux révélations

concours vip

Tout au long de l'été, vous pourrez jouer pour devenir Reporter VIP dans les festivals de musique !

(visite des backstages, rencontres avec les organisateurs, interviews des artistes…)

les précédents reportages

accueil > Musiques urbaines > un artiste

un artiste

Musiques urbaines

+ d'artistes Musiques urbaines

Lazare : Lazare en concert à L'Entrepôt

Les votes sont maintenant terminés

Lazare

S’il ne devait emporter que deux choses avec lui, Lazare choisirait stylo et feuilles. Seul réel moyen de survie et d’expression personnelle, l’écriture est plus qu’un besoin c’est un style de vie. Coucher sur papier ses points de vue, ses sentiments, a toujours été, pour ce trentenaire pur produit de la Capitale, une démarche naturelle et presque automatique. Admiratif des grands paroliers et chanteurs francophones tels que Brel, Gainsbourg, Aznavour, il aiguise son écriture dans une recherche acharnée des mots et de leurs musicalités. Dès l’adolescence, influencé par le mouvement HIP HOP qui a éduqué ses oreilles et a façonné sa culture ainsi qu’une prise de conscience du monde dans lequel il vit, il a combiné son écriture à sa passion musicale. En solo face au micro et au stylo, il ne joue pas de rôle et abhorre les étiquettes. Assumant le rap comme un courant populaire et une musique appartenant au Monde, sans distinction de classe sociale, de couleur, etc. Un moyen d’expression libre, esthétique, direct et parfois brutal, qui a le mérite de nous confronter à une réalité qui touche tout un chacun. Son parcours se construit, jusqu’ici dans l’anonymat, mais lui permet de prendre le temps d’élaborer son univers et de définir les contours de ses envies musicales. Inscrit dans le quotidien et non dans le fantasme d’une vie rêvée grâce au thème abordé, les sonorités diverses restent empreintes de tous les courants musicaux qui ont enrichi et formé le Hip Hop français (Jazz/Soul/Funk). Le besoin d’écrire combiné au plaisir de dire, sur un fond de décor urbain, s’inscrit dans son évolution, son époque et s’assimile à une sorte d’essor musical de sa génération, dont l’âge d’or a connu son apogée dans le milieu des années 90. Ce premier EP « Des Espoirs » pose les bases de son ascension. Fabriquer un projet de A à Z, être à l’affût pour optimiser chaque étape. Raconter et se raconter avec la volonté de toucher le plus grand nombre est une expérience formatrice et vitale pour pouvoir mûrir et rester en alerte. Lazare perçoit le rap comme un vecteur de rencontres, car même si le Mc est seul, il a besoin de s’entourer, pour étoffer ses textes et pour avancer. Même s’il ne conçoit pas la musique comme une compétition, c’est un milieu où on ne s’arrête jamais, il faut toujours pousser plus loin ses idées, affiner son style et proposer du neuf en permanence et construire morceau après morceau son identité et affirmer son univers. Ne serait-ce que pour se confronter à une étape fondamentale et obligatoire : la scène… le public, seul véritable juge. Depuis ses débuts, Lazare considère la scène comme une épreuve vitale qui galvanise son inspiration et sa motivation. Pouvoir affirmer son identité, tout en proposant au public un univers et un spectacle… La scène comme un espace d’ouverture, de rencontre et de partage, essentiel pour rester à l’écoute et se renouveler en permanence. N’étant pas issue des quartiers dit «défavorisés», Lazare ne revendique pas le besoin d’une ascension sociale ou la contestation de toutes formes d’autorité, mais plutôt le regard d’un citoyen et d’un jeune homme sur les problèmes des rapports humains et sociétaux. Les propos et textes s’inspirent des humeurs des gens qui l’entourent ainsi que de constats, ou encore sont l’expression d’un idéalisme dénué de candeur et d’une volonté de croire en ses rêves… malgré tout… sinon, à quoi bon ? Si l’écriture est un prolongement de soi, alors on peut dire que Lazare a le bras long !