révélations credit mutuel 2010

Le crédit mutel donne le LA aux révélations

concours vip

Tout au long de l'été, vous pourrez jouer pour devenir Reporter VIP dans les festivals de musique !

(visite des backstages, rencontres avec les organisateurs, interviews des artistes…)

les précédents reportages

un artiste

Musiques électroniques

+ d'artistes Musiques électroniques

Caterva : Caterva fete de la music à Strasbourg 2009

Les votes sont maintenant terminés

Caterva

CATERVA feat VJ Kashmir Pionnier du dubstep français depuis 2003 et de ses grooves midtempo aussi techniques qu'hypnotiques, le trinôme Caterva s'apprête à percuter les bacs avec la sortie de 4 vinyles concepts distillés sur quelques mois plus un album long-play, prévu courant 2010 sur le label IOT Records. Rétrospective. Début des années 2000. Manndibull, alors installé dans le sud-ouest de l'hexagone, trafique les rythmiques trip-hop tandis que son futur alter-ego, No Prod, patrouille les free parties dans lesquelles il propage ses DJ sets. 2003. Manndibull s'exporte à Strasbourg et croise les sillons de No Prod. Le feeling, immédiat, convainc les deux DJs / producteurs d'unir leurs riddims pour le meilleur et pour le live. La violoniste Anita Bomba se joint à eux : l'entité Caterva voit le jour. Un premier live à la Laiterie de Strasbourg confirme la raison d'être de ce trio d'avant-garde aux mœurs si sensuellement breakbeat et dub tekno. De Dj sets en live sets, via la création du label dubstep, "Sens Inverse" (fondé en 2004 par Manndibull et No Prod), le buzz de Caterva se répand et propage ses Bpm aux côtés d'artistes aussi différents que percutants : Warlock, Les Trolls, Bunzero, Mala Dmz, 30Hrz, l'Œuf Raide, Ezekiel, 69 Db, Abraxxxas, Dalek, Fumuj, Buraka Som Sistema, Goldie, Von D... Un mélange des genres et une ouverture d'esprit clairement assumés qui assurent à Caterva ce son Dubstep si caractéristique, savant mélange de beatz syncopés, de textures deep et de méditation dub. 2004. Caterva fais une tournée en Tchéquie et rancontre, le Tomahawk sound system (dont Audictive, néo cortex du label IOT Records, est l'un des membres actifs). Une alliance lourde de sens est scellée. 2006. Caterva se focalise sur la compo de nouveaux lives, se sépare d'Anita et s'enrichit d'un nouveau membre: le VJ Kashmir, metteur en images de leurs live sets. Toujours à l'affut des nouvelles tendances, Manndibull et No Prod présentent, en parallèle, la 1ère émission de Bass Muzics sur les ondes de Radio 404 (http://www.erreur404.org). Les collaborations se multiplient. Avec DTC Records (l'espace d'un remix de Laurent De Wilde, réalisé par Otisto 23 (co-fondateur du label DTC et acteur sonore d’I.O.T Records) mais surtout IOT Records (sur la BO de la BD "Future Exposed", sur le DVD "Mongolia Expedisound" et sur l'album "Elektrons" d'Abraxxxas). 2009. Forts de ces prolifiques échanges, l'Eklektronik Music Factory, IOT Records, propose à Caterva une série de 4 vinyles concepts (Nord / Sud / Est / Ouest), histoire d'explorer les différentes pulsations de la bass music : de l'école break dubstep anglaise ou wobble (Nord) aux musiques sud ghetto do Brasil, façon kuduro, cumbia et baile funk (Sud) et de la minimale berlinoise (Est) au reggae breakbeat inspiré du hip-hop midtempo californien (Ouest). Dénominateur commun de ces 4 parutions : faire découvrir l'éclectisme dubstep et conjuguer à tous les grooves, ses beatz sensuels et spirituels de 140 bpm. Prochaine étape ? La sortie, courant 2010, d'un premier véritable album, toujours sur IOT Records. La musique électronique n'a qu'à bien se tenir : Caterva, plus "original massive" que jamais, arrive en force dans la place, prêt à révolutionner avec lascivité, les règles d'or du dancefloor.